fondheader

Musée de la Camargue

:

visite virtuelle

Actualités

Ethno bistrot PARADISIAQUE « Entre rêves et béton, le delta du Rhône de Fos à la Grande-Motte »

Mardi 4 Février 2020 à 19h

Les Ethno bistrots du Musée de la Camargue !

Inspirés du Bistrot des ethnologues de Montpellier – organisé par l’A.R.C.E, Atelier de Rencontres et de Recherches Comparatives en Ethnologie – les Ethno bistrots du Musée de la Camargue réunissent des ethnologues, des historiens et des spécialistes, invités à faire part de leurs connaissances sur des sujets relatifs à la Camargue. L’échange a pour cadre une soirée conviviale mise en musique et en saveurs, durant laquelle on s’instruit, on tchatche et on se régale au cours d’un repas à déguster !

Pour son 12ème Ethno bistrot, le musée reviens sur une exposition des Rencontres Arles photographie co produite avec le Parc naturel régional de Camargue sur l’aménagement du delta du Rhône décidé par l’État dans les années 1960-70. Trois sites vont connaître des destins différents: Fos-sur-Mer est désigné pour un projet portuaire et industriel ; la Grande Motte est choisie pour être la première station balnéaire de la Mission Racine et l’île de Camargue devient une terre à préserver grâce à la création d’un Parc naturel régional.

Avec Agnès Barruol et Estelle Rouquette, commissaires de l’exposition « Paradisiaque ! Entre rêves et béton, le delta du Rhône de Fos à la Grande Motte » co produite par les Rencontres d’Arles et le Parc naturel régional de Camargue. L’ouvrage catalogue de l’exposition est présenté par l’éditeur Actes sud. Avec Bernard Picon sociologue auteur de «L’Espace et le temps en Camargue» et Hélène Vesian, auteur de « Fos sur Mer, les métamorphoses ».

19h à 19h30 : Projection du film "L'Acier du Mistral"
19h30 à 20h30 : Repas géré par le musée/traiteur
 20h45 à 22h : Conférence

Soirée organisée en partenariat avec les Rencontres d’Arles, les éditions Actes sud, les CAUE des Bouches-du-Rhône et de l’Hérault, Marseille Aix Métropole et la Commune de La Grande Motte.

Tarif : 25 €

Sur réservation au musée, dans la limite des places disponibles au 04.90.97.10.82 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

L'équipe du Parc et du musée vous présente

ses meilleurs voeuxCarte Voeux 2020 ok page 002

Carte Voeux 2020 ok page 001

Témoignages

RAf België
9/07/19, 09:43

Interessant museum! Veelsydug, rijk oan verhalen, voor elk war wils
Proficiat

USA
9/07/19, 09:41

Quel musée extraordinaire; nous avons tant appris ! Merci aussi pour votre accueil et votre gentillesse pour expliquer le vocabulaire spécifique de … read more

La Corrida.

Les images présentées dans cette vidéo témoignent de la passion de Gaston Bouzanquet pour la corrida.  
De ces voyages en Espagne, Gaston Bouzanquet retient la semaine Sainte, la féria de Pâques de Séville, ainsi que des scènes pittoresques du quotidien.
Aficionado réputé, il visite également le Campo Charro et immortalise la ganadéria au campo. Cependant de ces voyages en Espagne, ce sont les photographies des courses de Saint-Sébastien, Pampelune, Séville que nous retrouvons ici, associées aux courses de Nîmes et d’Arles qui sont les plus nombreuses.
La collection Bouzanquet qui insiste beaucoup sur les piques et l’estocade offre, à travers cette insistance, une image juste de ce qu’était la corrida de la première moitié du XXe siècle  et les points du combat sur quoi elle s’appuyait  presque essentiellement : le tercio (moment) de piques ; la mise à mort du toro, les banderilles à un degré moindre.
Les plus grands toreros de l’époque y sont présents : Mazzantini, Guerrita, Reverte, Ricardo Bombita et son frère Manuel, Rafael el Gallo, Cocherito de Bilbao, El algabeño, Manuel Bienvenida « le pape noir », Machaquito, Vicente Pastor, Chicuelo, Antonio Fuentes, Antonio Montes, Gaona, Belmonte 1 fois, en 1913 à Pampelune.
Le Musée de la Camargue conserve un ensemble spectaculaire extrêmement précieux, peut-être sans équivalent, pour le témoignage précis qu’il porte sur une époque révolue et parfois mythifiée, et sur la ferveur autour de la corrida comme l’enseignent ces photos d’arènes de Saint-Sébastien, Pampelune, Nîmes ou Arles, pleines à ras bord.

Texte d’après Jacques Durand, écrivain et journaliste, responsable tauromachique de Libération.

Basse définition 21'09" alt

Haute définition 21'09" alt

Basse définition 6'16" alt

Haute définition 6'16" alt

Haute définition 25'55" alt

Pour obtenir le relief des photographies, il est nécessaire d'utiliser une visionneuse stéréoscopique pour la stéréoscopie ou bien des lunettes anaglyphes rouge/cyan et de s'approcher à environ 20 cm de l'écran pour faire la mise au point